Abus chez les personnes âgées, Un secret à dévoiler.

La maltraitance  des personnes âgées apparaît  comme un problème social récent , non pas parce qu’il n’existait pas avant sinon  parce qu’il a toujours été un problème caché.  Parfois, les personnes âgées ne veulent pas être reconnues comme victimes d’abus par crainte de représailles ou tout simplement parce qu’ils préfèrent nier  une réalité qui est insupportable. D’autre part; la famille ou les soignants ne vont pas faciliter la détection pour des raisons plus qu’évidentes.

 Parmi les formes de maltraitance les plus commune  on peut citer les suivantes: En premier lieu on a les négligences. Celles-ci peuvent être physiques comme par exemple ne pas satisfaire les besoins de base: alimentation, soins d’hygiène, habitation, sécurité et soins médicaux; ou encore émotionnelles qui consistent en la négation d’affection, le mépris et l’isolement. Ensuite on trouve les abus physiques: coups , brulures, fractures, administration abusives de médicaments ou autres produits. Puis les abus psychologiques: manipulation, intimidation, menaces, humiliations, chantages, violation de leurs doits. Après on trouve les abus économiques et Enfin les abus sexuels.

S’occuper de personnes en perte d’autonomie est une grande responsabilité et c’est très demandant tant physiquement, émotionnellement que sur le point économique. On comprend bien que parfois les  aidants peuvent être à bout de souffle. Mais je crois qu’on a besoin de reprendre certaines valeurs de respect, d’entraide et d’amour qui semblent être perdues par nos sociétés actuelles.

Ainsi donc la famille comme les soignants ont besoin de formations et d’aide pour prendre bien soin de nos personnes âgées. On pourrait par exemple  réduire leur stress  en partageant la responsabilité entre plusieurs membres de la famille, prendre contacte avec des groupes d’appuis comme les associations dans le cas de certaines maladies, donner des périodes de repos aux soignant ou aux aidants, leur donner des appuis techniques et émotionnels et aussi mieux évaluer les capacités de la famille, de l’aidant  ou de soignants  pour garantir de meilleurs soins.